Conférences
logo-sitmafgr

Conférence de Châlons en Champagne - 3 septembre 2018



ravillon
Organisée par Philippe Ravillon

chalons2018

chalons2018

Les intervenants :

Séverine Ponsin,
unité de méthanisation Méthagaz à Vaudemange (51),

François Istasse,
 responsable de l’unité « énergies renouvelables » au Crédit Agricole du Nord Est,

Claude Guichon,
président de Champargonne Biogaz,

 Mathieu Robert,
exploitant agricole en Gaec à Lavannes (51),
associé au projet de méthanisation Méthabaz de Fresne-lès-Reims

Jean-Pol Verzeaux,
président de la fondation Alfred Gérard

 3 septembre 2018

Foire de Châlons en Champagne


La région Grand Est, terre fertile pour la méthanisation


Le Grand Est pourrait devenir une région motrice en matière de production de biométhane à en croire les intervenants de la conférence de la SitmAfgr organisée le 3 septembre dans le cadre de la Foire de Châlons-en-Champagne.

À l’heure où notre planète connaît des pics de chaleur de plus en plus fréquents, voilà un processus qui pourrait contribuer à restreindre le réchauffement climatique tout en générant de l’énergie propre.

La méthanisation n’existerait pas sans de petites bactéries dévoreuses de matières végétales et d’effluents d’élevage (lisiers et fumiers) et qui transforment ces déchets en biogaz et compost (ou digestat).

Ce procédé naturel se déroule dans des cuves hermétiques - les digesteurs - et nécessite une absence totale d’oxygène. Le biogaz récupéré peut être utilisé de multiples manières : production d’électricité, de chaleur ou de carburant.

Le digestat est quant à lui épandu dans les champs et sert de fertilisant. Les intérêts de la méthanisation sont multiples.

Outre une réduction des gaz à effet de serre, elle permet aux agriculteurs la mise en place de revenus complémentaires liés à la revente d’électricité.

Elle favorise également l’émergence de filières de recyclage des déchets organiques des entreprises.

Sans compter les effets bénéfiques sur le voisinage immédiat des exploitations agricoles, qui n’a plus à se boucher le nez à cause des odeurs des effluents d’élevage, ainsi que sur l’image des agriculteurs souvent pointés du doigt pour leurs mauvaises pratiques menant à l’épuisement et la pollution des sols, la baisse de la biodiversité, la surconsommation d’eau.

La conférence de Châlons a toutefois montré que si les projets de méthanisation qui fleurissent actuellement dans l’Aisne, les Ardennes et la Marne offrent des perspectives de rentabilité durable, ils doivent toutefois s’appuyer sur plusieurs volets stratégiques : la conception technique, l’approvisionnement, l’exploitation, la maintenance et la valorisation.

Quelques verbatims issus de la conférence SitmAfgr

« Au rythme actuel de construction des méthaniseurs à la ferme, l’Hexagone pourrait atteindre les objectifs qu’il s’est fixé en 2012, à savoir 10% du gaz issu du biométhane en 2030 ».
Philippe Ravillon, président régional SitmAfgr et président d’Equip’Agro

« Se lancer dans la méthanisation demande une implication totale de la part du porteur du projet. L'objectif principal de notre unité est de produire de l'électricité renouvelable. Le deuxième intérêt de l'installation est de produire du digestat qui est un engrais organique renouvelable permettant de donner plus d'autonomie à l'exploitation agricole (SCEA Ponsin).
Séverine Ponsin, unité de méthanisation Méthagaz à Vaudemange dans la Marne

« Un projet de méthanisation viable économiquement est un projet bien anticipé tant sur sa conception technique, que sur ses coûts de matières premières, d'exploitation, de maintenance et sur la valorisation attendue. Ce sont des projets complexes, il est important de s'entourer d’experts pour appréhender les sujets techniques, juridiques, économiques et assurantiels ».
François Istasse, responsable de l’unité « énergies renouvelables » au Crédit Agricole du Nord Est

« La méthanisation est un vrai métier, qui demande des compétences très pointues. Le procédé naturel est en effet complexe à mettre en œuvre et demande un suivi rigoureux. Mais il est évolutif. C’est une source de diversification intéressante pour les agriculteurs ». Claude Guichon, président de Champargonne Biogaz

« La méthanisation est un process de diversification vertueux. Notre usine doit permettre de traiter par voie sèche continue 36 000 tonnes de déchets agricoles (pailles, fumiers) par an, Le projet a été imaginé par une trentaine d'agriculteurs de la région en partenariat avec le groupe industriel énergétique Engie. Il doit permettre la création de trois emplois au moins. Il nous reste à convaincre les habitants des communes d’alentour qui craignent d’être gênés par des odeurs ou le bruit.
Mathieu Robert, exploitant agricole en Gaec à Lavannes (51),
associé au projet de méthanisation Méthabaz de Fresne-lès-Reims

Accueil | Qui sommes-nous? | Publications | Actualités | Conférences | Dossiers techniques | Patrimoine | Agenda | Liens | Contact | Plan du site

SITMAFGR
19 rue Jacques Bingen 75017 Paris  tel:01 42 12 85 90
fax:01 40 54 95 60    contact@sitmafgr.com 
© Copyright, 2010 Filmagri     Site conçu et réalisé par Filmagri