Vient de paraître
logo-sitmafgr
La France  buissonnière

Il fallait un anglais, grand voyageur, comme tous ses grands prédécesseurs, pour aller à la rencontre de la France profonde depuis ses origines.
L'historien Graham Robb, après « L'histoire de Paris par ceux qui l'ont fait » a suivi les traces de l'agronome Arthur Young, en parcourant l'hexagone à bicyclette 22 500 kilomètres, pour décrire les paysages et les conditions de vie de ses habitants de la fin du XVIIème siècle au début du XXème.
Cette « Histoire buissonnière de la France » (Chez Flammarion pour 24 Euros) débute par l'exécution par les paysans d'un village du Massif Central d'un jeune cartographe envoyé par l'astronome Jacques Cassini pour dresser la première carte de notre pays. Un pays longtemps inexploré, fragmenté en « Etats-Villages » qui faisait douter d’une unité politique et économique viable.
Des zones géographiques différenciées, caractérisées par 712 petites régions agricoles instaurées en 1956 pour servir de base aux statistiques agricoles. Un pays aux multiples patois, idiomes et langues régionales…
Dans ce livre passionnant et qui fourmille de références et d'anecdotes, l'auteur nous conte la construction progressive d'une France centralisatrice, mais il avoue en conclusion qu'au XXIème siècle il lui reste encore bien des pans de notre pays à découvrir.
Jean-François Colomer


Destruction massive. Géopolique de la faim

ll n'y a nulle fatalité à la faim dans le monde, affirme Jean Ziegler.
Le sociologue suisse, aujourd'hui vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, consacre son dernier ouvrage à un sujet qui lui tient à coeur : la famine et la malnutrition.
A la faveur d'une parole désormais libérée du devoir de réserve, Jean Ziegler y relate son expérience de rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour le droit à l'alimentation, mandat qu'il a exercé entre 2000 et 2008.
Pour lui, chaque enfant qui meurt de faim aujourd’hui est un enfant assassiné ! /> Il s'en prend aux grands « prédateurs du capitalisme financier globalisé » et à leurs complices, l'OMC, le FMI et la Banque mondiale, qu'il baptise « les trois cavaliers de l'apocalypse de la faim organisée ».
Comme toujours avec Jean Ziegler, l'espoir est là, qui s'incarne dans la résistance quotidienne de ceux qui, dans les régions dévastées, occupent les terres et opposent le droit à l'alimentation à la puissance des trusts agro-alimentaires.
Editions du Seuil, 352 p., 20 € TTC.
Jean-Baptiste Pambrun


 La Silicon valley vire au vert

Malgré le semi‑échec du sommet de Copenhague sur l'environnement, il existe des raisons d'espérer en pariant sur l'émergence des technologies vertes. Dominique Norah dans un livre passionnant Les pionniers de l'or vert (éditions Grasset, 20,90 e) est partie aux Etats‑ Unis à la rencontre d'entrepreneurs innovateurs.
En Californie, la Silicon Valley sest en partie reconvertie dans les « Clean Tech » avec des start up qui veulent faire fortune en inventant un autre monde pour sauver la planète.
Le business vert est en marche sur le marché des nettoyants et de la construction qui, il faut le rappeler, représentent Outre‑atlantique 50 % des émissions de CO2. La bioénergie, avec la canne à sucre éthanol, se développe à Hawaï avec des coûts comparables à ceux du Brésil. Dans le Corn Belt, les raffineries vertes poussent comme des champignons et vont produire 56 milliards de litres d’éthanol à l'horizon 2015, marche‑pied pour accéder ensuite aux éthanols cellulosiques et à de multiples usages de la chimie végétale.
Quant à la voiture automobile électrique, certains veulent la promouvoir, avec l'appui de grands groupes comme Renault Nissan dans un réseau de services avec rechargement sur des bornes ou échange standard de batteries à la station en quelques minutes, et cela à limage de la révolution de la téléphonie mobile.
L'Amérique, mauvais élève de la conférence sur le climat, pourrait bien prendre une longueur d'avance, avec le soutien du président bama, en termes d'innovations vertes, de croissance durable et de création d'emplois qualifiés.
Jean-François Colomer


AZF, un état silencieux, des journalistes sourds

Sept ans après l'explosion de l'usine AZF de Toulouse, Marc Mennessier, journaliste au Figaro et ancien de la presse agricole (La France Agricole, Le Nouvel Agriculteur) revient sur les zones d'ombre de cet événement dramatique (AZF, un silence d’Etat, Seuil, 300 p., 20 €). Marc Mennessier mène une enquête au scalpel.
Il démonte minutieusement le scénario de l'accident chimique, pointe les approximations ou erreurs des experts et les flous de l’enquête judiciaire.
Finalement, seule la théorie de l'attentat résiste à l'analyse.
L'auteur se garde bien d'échafauder un scénario complet mais apporte les éléments, souvent oubliés dans la procédure, pour appuyer cette hypothèse.
Avant l'ouverture d'un procès au mois de février prochain qui s'annonce spectaculaire, le livre de Marc Mennessier est un document accablant pour les services de l'Etat… et pour les journalistes.
La plupart de ses confrères n'ont en effet cessé de relayer sans sourciller les thèses fragiles de la justice, et de railler à l’occasion les rares journalistes creusant, comme lui, d'autres hypothèses.
Au final, l'affaire AZF n'est plus au centre du propos.
Le livre de Marc Mennessier est un plaidoyer revigorant pour un journalisme d'investigation et de qualité.
Jean Pambrun


L'avenir de l'eau

EriK Orsenna, académicien et grand voyageur, est parti à la découverte de L'avenir de l'eau.
Sous-titré « petit précis de mondialisation 2 ».
Ce livre-enquête foisonne de rencontres et d'observations.
On y découvre que 40 % de la population mondiale dépendent des principaux fleuves qui descendent de l'Himalaya.
D'où l'importance géostratégique du Tibet pour la Chine.
On dénombre 45 000 barrages dans le monde dont 22 000 en Chine.
Des barrages qui, malgré leur mauvaise réputation écologique, produisent de l'énergie et de l'eau potable, permettent d’irriguer les cultures, de régulariser le cours des eaux, protègent contre les inondations, abritent des bases de loisirs…
L'auteur évoque aussi les oppositions villes campagnes en prenant en exemple les eaux du Colorado aux États- Unis où 90 % de la ressource sont encore prélevés par l'agriculture, mais où les états riverains ont créé des droits de prélèvements.
On est passé ainsi de la notion de « bien commun » qui relève du droit romain à la référence du droit germanique où « aucune eau n'est appropriable » afin de gérer la rareté de ce bien essentiel pour l'avenir de l'humanité. (Ed. Fayard, prix 22 euros).

Jean-François Colomer


Le travail et ses valeurs

Le temps de travail hebdomadaire d'un agriculteur est de 58,8 heures par semaine en comparaison avec 41 heures pour la moyenne nationale. Le secteur agricole fait encore référence à la conception du travail du xixe siècle en harmonie avec l'ensemble des forces naturelles même si on assiste alors au développement de la machine et à la découverte de la force de la vapeur. Mais aujourd'hui, tout a basculé avec la division du travail à l'échelle de la planète et l'automatisation des tâches qui a bouleversé la représentation de la production et du travail. Dans son livre Le travail et ses valeurs (c/o Albin Michel, bibliothèque Idées prix 16 euros), François Vatin démontre que le lien entre sciences de la nature et celles du social autour de l'idée de travail est aujourd'hui périmé. Même, si aujourd'hui comme hier, le travail humain est au croisement de la technicité, de la valorisation économique et de l'organisation sociale, il pose la question du comment penser les modalités nouvelles de la productivité du travail lorsqu'il n'est plus possible, avec le développement de l'automatisation et des techniques de l'information, de continuer à définir le travail humain comme une seule dépense de force ?

Jean-François Colomer


Moteur diesel. Les technologies modernes

En 80 pages bien illustrées, le moteur diesel d’hier, d'aujourd’hui et de demain n'aura plus de secret pour le lecteur.
L'auteur, Joseph Rouquette, ancien rédacteur en chef de Moteur diesel, retrace brièvement les origines du diesel mais s'attarde surtout sur l'évolution de la technique et sur les technologies développées par les constructeurs pour répondre aux différentes normes antipollution européennes ou américaines.
Par étapes successives, entrées en vigueur en 2000 et allant jusqu'en 2015, les rejets des moteurs diesel ne devront pas excéder 0,4 g de NOx et 0,02 g de particules par kwh.
Ces exigences législatives mettent en évidence la marge de progrès des constructeurs dont les moteurs de dernière génération rejettent entre 4 et 4,7 g de NOx et 0,2 à 0,4 g de particules.

 édité par Matériel Agricole ; 8 rue Jules-César, 75012 Paris, www.comcip.com, Moteur Diesel, Les technologies modernes est disponible au prix de 10 euros, plus 3 de frais de port.


Des engrais et des hommes

Pour fêter 100 ans d'organisations, qui à l'instar du syndicat professionnel des fabricants de phosphates créé en 1909 n'ont cessé de défendre la production de fertilisants, l'Union des industries de la fertilisation (Unifa) a eu la bonne idée de retracer la double histoire des engrais et de la fertilisation.
Des engrais et des hommes n'est pas réellement un livre d'histoire, c'est un ouvrage hybride qui raconte des histoires, celles de femmes et d'hommes, passionnés par leur métier, qui se sont mis au service de l'agriculture française et lui ont permis de la faire décoller puis d'atteindre une place de tout premier plan sur l’échiquier mondial.
Si l'histoire se construit avec des chiffres, la consommation d'engrais à l'hectare par exemple, se nourrit en effet de formidables aventures humaines. Un beau livre à offrir… où à s'offrir.

L'auteur n'est autre que Jean-Baptiste Pambrun, journaliste, ingénieur agronome de formation et… membre de la Sitma FGR.

Éditions Unifa, 96 p., 45 € (frais de port gratuit pour les membres de la Sitma FGR). Commande par Tél. : 01 46 53 10 30, Fax : 01 46 53 10 35 ou mail : contact@unifa.fr

Accueil | Qui sommes-nous? | Publications | Actualités | Conférences | Dossiers techniques | Patrimoine | Agenda | Liens | Contact | Plan du site


SITMAFGR 19rue Jacques Bingen 75017 Paris  tel:01 42 12 85 90 fax:01 40 54 95 60    contact@sitmafgr.com 
© Copyright, 2010 Filmagri     Site conçu et réalisé par Filmagri